En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • Déco
  • Tendances Déco

Un coach pour votre déco

Article par Benjamin SARAGAGLIA , le 13/03/2006 à 10h52 , modifié le 15/07/2008 à 18h10 0 commentaire

Régine Andriès, décoratrice d'intérieur, a lancé il y a un an une activité d'un nouveau genre : le coaching déco. Le principe ? Ce n'est pas elle qui refait votre Home sweet home, mais bel et bien vous, avec vos propres goûts et toute votre bonne humeur, tandis qu'elle vous guide. Voici en détail cette vision nouvelle de la déco.

D'où est née l'idée d'appliquer le coaching à la décoration d'intérieur ?

Régine Andriès : J'ai commencé à y penser il y a un an et demi, en constatant que beaucoup de mes clients avaient des idées, qu'ils étaient prêts à les mettre en application... mais qu'ils faisaient appel à moi pour confirmer leurs choix. En somme, ils avaient d'une part envie d'une déco bien à eux, et d'autre part besoin de la validation d'une professionnelle. J'ai aussi remarqué que d'autres clients s'impliquaient juste pour dire ensuite " c'est moi qui l'ai fait. " Pour les premiers comme les seconds, ce service leur permet de réaliser leur propre déco, celle qui correspond à leur personnalité, leurs goûts et leurs besoins.

Vos clients définissent donc seuls la déco qu'ils vont créer ?

Régine Andriès : Au départ, ils arrivent avec un projet global et une somme de petites idées. De cet ensemble, j'essaye d'extraire une ligne directrice, qu'ils suivront plus tard. Je les aide à définir ce qu'ils veulent vraiment en leur posant des questions sur leur style de vie, leurs besoins fondamentaux et leurs goûts. C'est ainsi que, récemment, un couple m'a expliqué qu'ils voulaient un sol en béton. Quand je leur ai demandé pourquoi, ils m'ont répondu que c'était surtout pour être à la mode. En creusant un peu, ils ont fini par reconnaître qu'ils n'en avaient pas tellement envie. De même, une cliente voulait une grande table dans la salle à manger. Je lui ai posé la question de base : recevait-elle souvent ? La réponse a été claire : Non ! Elle a donc abandonné l'idée.

Par la suite, a-t-on besoin de bien connaître la décoration ?

Régine Andriès : Non, car je suis là pour guider mes clients. Après l'entretien sur leur projet, nous passons à la partie conseil : je leur donne non seulement des pistes en termes d'esthétique, de fonctionnalité, d'harmonie des couleurs, d'équilibre des matériaux, mais aussi des notions en éclairage, habillage des fenêtres, répartition des tissus, etc. Sans ça, ils sauraient vers quoi aller, mais pas comment. Ensuite, je leur laisse quelques bonnes adresses de magasins ou d'artisans. Au final, ils sont censés connaître suffisamment de ficelles pour devenir leurs propres décorateurs.

Et c'est à ce moment que vous lâchez vos clients dans la nature ?

Régine Andriès : Pas toujours. Car mes services sont à la carte (145 euros la première heure, 120 les suivantes). Ils peuvent donc faire appel à moi un peu plus tard dans leur réalisation, pour valider une couleur par exemple, ou pour me demander de les accompagner dans un magasin de meubles.

Avez-vous des compétences particulières en psychologie, pour déceler la personnalité de vos clients ?

Régine Andriès : J'ai surtout appris ça dans ma formation de coach, qui a duré un an. Le truc est de savoir écouter, puis de reformuler ce que votre interlocuteur a dit, pour qu'il en prenne bien conscience. Tout le monde n'est pas sensible à la décoration d'intérieur, mais d'autres y sont très attachés. C'est chez ceux-là que la déco reflète le plus le caractère.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Déco
logAudience