En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • Déco
  • Tendances Déco

Entretien avec Christophe Koziel, designer trompe-l'oeil !

Article par La rédaction , le 26/05/2008 à 18h21 , modifié le 04/05/2009 à 17h59 1 commentaire

Prêt à être bluffé ? Christophe Koziel dépoussière l'art ancestral du trompe-l'oeil à coups d'impression numérique et de support en PVC. Une collection ludique et décalée pour s'offrir une commode Louis XV plus vraie que nature.

Trompe-l'œil, déco baroque, design et authentique, découvrez le talentueux Christophe Koziel, qui a plus d'un tour dans sa poche...

Expliquez-nous ce que sont vos impostures visuelles ?
 Fauteuil Trecyn Or & Soleil Christophe Koziel
Christophe Koziel : Ce sont des trompe-l'œil du 21ème siècle. Ils ont vu le jour suite à la réunion d'une passion et d'un savoir-faire : les brocantes et l'impression numérique. C'est un exercice de style poétique et ludique qui consiste en la reproduction ultra réaliste de meubles qui ont une histoire. On a donc à la fois un produit très contemporain parce qu'imprimé sur un PVC de 3 mm et en même temps un produit très ancien qui a vécu, sur lesquels j'ai laissé toutes les traces du temps. Sur un œil de bœuf, par exemple, il y a le zinc piqué par le temps, terni par les intempéries. Une porte ancienne en trompe-l'œil garde tous les coups qu'elle a pu subir à travers les années. Tous ces petits détails qui donnent une âme. J'ai rebaptisé le tout « impostures visuelles » pour avoir une connotation très instinctive.
 
Comment se déroule la fabrication ?
 
Christophe Koziel : Chez moi il n'y a aucune sous-traitance. Je dispose d'une équipe de sept personnes. Je suis à la fois concepteur, créateur, scénographe et fabricant, ce qui me confère une vraie réactivité pour développer un produit. En trois jours il peut voir le jour. Pour ce qui est du matériel, j'utilise de grosses imprimantes jet d'encre qui acceptent toutes sortes de supports comme le bois, le verre, le plastique, le béton, le tissu... La machine avale jusqu'à  7 cm d'épaisseur. Je pense par exemple à une porte basique à bon marché dans le commerce, au lieu de la peindre on peut très bien lui donner le visuel d'une porte datant du 18e siècle.
 
Vous inscrivez-vous dans la longue tradition du trompe-l'œil ?Cadre Cyzoin Rose Christophe Koziel
 
Christophe Koziel : Je m'en suis volontairement détaché. Je me concentre sur des objets du quotidien qui ont vécu. Tous ces meubles et objets que l'on affectionne sans avoir forcément l'occasion de les avoir chez soi faute de place, de temps ou d'argent.
Et bien il est possible de les retrouver chez soi en trompe-l'œil. Ce sont des produits qui font sourire, qui interpelle. Devant une imposture, on ne reste jamais de glace et c'est là mon objectif.
 
Comment choisissez-vous les modèles copiés ?
 
Christophe Koziel : Le choix se fait sur des critères assez personnels. J'essaie, bien sûr, de m'inscrire dans une tendance. Je repère les meubles qui « marchent », que les gens affectionnent particulièrement. Je choisis surtout des objets qui ont beaucoup de contrastes, de volumes, qui sont riches, baroques et qui se prêtent de bonne grâce au jeu du trompe l'œil. Personnellement j'adore le style Louis XV, riche, saturé en moulures.
 
Qui sont vos clients ?
 Christophe Koziel Cheminée Ouaskal
Christophe Koziel : Je travaille aux vitrines de grandes marques comme Kookaï, Naf Naf, Descamps, Tollens, le groupe Partouche... Mais aussi pour les boutiques des musées nationaux. Les gens peuvent ainsi acheter les reproductions des œuvres mais également celles de leurs cadres grâce à mes créations. J'ai aussi une clientèle de particuliers via mon site et mes 55 boutiques partenaires en France et en Europe. J'exporte au Japon, aux Etats-Unis. Je viens d'ailleurs d'ouvrir un corner au Lafayette Maison à Paris et je vais être distribué chez Leroy-Merlin. 

Contact :
http://www.koziel.fr/



 

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Déco
logAudience