En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • Déco
  • Tendances Déco

Jardin bio : lutte biologique contre lutte chimique

Article par Sophie Bourgeois , le 25/04/2008 à 10h55 , modifié le 12/05/2009 à 17h29 0 commentaire

Plutôt que de sortir les armes chimiques pour sauver nos végétaux des attaques, il existe des solutions diverses et variées permettant de favoriser un équilibre tout en respectant la nature et son jardin bio.

Feuilles de tomate jaunies ou noircies par le mildiou, salades dévorées par les escargots, choux grignotés par les chenilles, rosiers infectés de pucerons... Nombreux sont les parasites et les prédateurs de toutes sortes qui convoitent nos plantes ou se développent dans le jardin.

En ayant un jardin bien entretenu avec une terre vivante capable de produire des plantes saines et en observant la rotation des cultures, on limite déjà l'apparition des maladies. Mais impossible d'empêcher les limaces de se régaler de nos salades ! Pour chasser les parasites du jardin sans avoir recours aux produits chimiques, on peut ruser en utilisant des pièges, en introduisant des insectes auxiliaires, en favorisant l'installation de petits animaux jardiniers ou en ayant recours, si nécessaire, à des insecticides et des fongicides naturels. Les plantes aussi ont leur place dans cette lutte intégrée et, pour éviter les maladies, certaines associations sont préférables à d'autres.
 
Les bons mariages des plantes dans le jardin bio :
Les plantes cohabitent plus ou moins harmonieusement dans le jardin. Certaines ont un effet bénéfique sur d'autres, les protégeant des maladies ou des parasites. D'autres espèces ne font pas bon ménage, les unes se développant au détriment des autres. Côté mariages réussis, on peut déjà miser sur les affinités qui existent entre les grandes familles de plantes : ainsi la carotte apprécie les liliacées (poireaux, ail, oignon, échalote) qui empêchent sa mouche parasite de s'installer, les légumineuses (fèves, haricots, pois) qui enrichissent le sol en azote soutiennent les tomates et les cucurbitacées qui en sont friands. Par contre les liliacées et les légumineuses se nuisent les unes les autres.
Parmi les plantes protectrices du jardin bio: le romarin et la sauge découragent la piéride du chou, le chanvre éloigne les courtilières et le ricin les doryphores...
 
Les petits animaux à protéger dans le jardin bio :
Tous les insectes du jardin ont des goûts très variés, parfois les mêmes que les nôtres (salades, fraises...), et se nourrissent également d'insectes auxiliaires. Le puceron dévore la plante, la coccinelle dévore le puceron, l'oiseau dévore la coccinelle mais aussi des insectes nuisibles ! L'idéal est de favoriser la vie sous toutes ses formes en protégeant et en favorisant l'installation de nos plus précieux alliés.
- Le hérisson se nourrit de limaces, escargots, chenilles et divers petits insectes ravageurs. Il s'attaque parfois aux serpents, lézards, rongeurs, batraciens et oiseaux nichant à terre. Il est aussi friand de fraises mais on lui pardonnera certains de ses penchants dans la mesure où il nettoie véritablement le jardin. Il aime nicher dans les buissons ou sous un tas de fagots.
- Le crapaud dévore limaces, vers et insectes nuisibles (doryphores, chenilles, cloportes, mille-pattes, araignées). La musaraigne, le lézard, la couleuvre et l'orvet se régalent également d'insectes et de vers.
- La chauve-souris se nourrit d'insectes sortant la nuit échappant de ce fait aux oiseaux diurnes. La chouette et ses cousins nettoient le jardin des gros insectes et petits rongeurs.
- Certains insectes se nourrissent de parasites spécifiques. Ils sont présents dans le jardin bio. On peut les introduire dans les plantes dès l'apparition des parasites pour qu'ils les détruisent. On parle alors de lutte intégrée. Ces insectes issus d'élevage s'adaptent toutefois beaucoup mieux en serre ou sous véranda. Il s'agit principalement de la coccinelle cryptoloemus contre les cochenilles farineuses, de la mouche anagrus atomus contre la ciccadelle des serres, de l'encarcia contre les mouches blanches, de l'aphidoletes contre les pucerons, du phytoseiulus contre les acariens...
 
Comment éviter les insecticides chimiques dans son jardin?
- Quelques plantes peuvent être utilisées pour faire fuir des ravageurs spécifiques ou attirer des insectes auxiliaires dans le jardin. C'est le cas, par exemple, de la lavande qui éloigne les fourmis envahisseuses et de la capucine qui attire les pucerons noirs et dont on peut se servir pour les piéger. Parmi les plantes insecticides encore que l'on peut planter en bordure des carrés de légumes : le basilic, l'œillet d'Inde, le souci, chanvre, la menthe, le romarin...
- On trouve dans les jardins des dispositifs contenant des hormones sexuelles qui vont attirer des insectes spécifiques pour ensuite les piéger en les engluant.
- Les insecticides d'origine végétale à base de pyrèthre, d'huile minérale, de plantes sous forme d'infusion (tomate, romarin...) ou de purin (ortie, tanaisie, absinthe...) sont sans danger pour les cultures et les animaux.
 
En savoir + sur le jardin bio :
- Magellan : produits naturels pour le jardin (engrais organiques, insecticides naturels, insectes auxiliaires, graines bio + laboratoire d'analyses du sol...). Tél. : 08 91 67 00 03
- Profertil : produits pour le jardin bio (fertilisation, traitements, lutte biologique). Tél. 08 92 69 69 28
- Augé Gérard : producteur de purins de plantes. Tél. : 04 66 80 19 21
- Les insectes amis de nos jardins de Vincent Albouy aux éditions édisud : un livre pour reconnaître les insectes du jardin et savoir comment favoriser leur implantation.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Déco
logAudience