En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
  • Déco
  • Tendances Déco

Tout doit s'en aller !

Article par Esprit Femme , le 25/04/2006 à 17h11 , modifié le 13/06/2008 à 15h27 1 commentaire

Vos placards explosent, le grenier et la cave débordent ? Faites place nette ! Tout ce qu'il faut savoir pour bien réussir son vide-grenier.

Nos experts
Cécile Nebout du magazine Chinambule
Daniel Cagnolati d'Aladin.

" C'est fou ce qu'on peut accumuler de vêtements, de bibelots, de gadgets inutiles ! " se dit-on à chaque ménage de printemps. Et quand on sait que les vieux disques, les cartes téléphoniques ou les fèves récoltées dans les galettes des rois peuvent trouver grâce aux yeux des collectionneurs, on n'hésite plus : en route pour un vide-grenier ! Magiques, ces foires à la brocante déballent dans une ambiance joyeuse et bon enfant, nos trésors accumulés. Tout en jouant à la marchande, vieux fantasme de gamine, on passe un bon moment en famille, avec les copains ou avec les enfants, et on gagne quelques sous pour s'offrir d'autres folies. Tentée ? On vous donne toutes les clés pour en faire un succès et remplir votre porte-monnaie.
La saison idéale commence maintenant !
Eh oui, rien ne vaut la belle saison pour exposer votre bric-à-brac à ciel ouvert. Les rayons de soleil plus généreux, les jours qui n'en finissent pas font la part belle à ce genre de manifestations. D'ailleurs, 80 % des vides greniers qui accueillent des exposants particuliers ont lieu entre le 1er avril et le 30 octobre.

Comment participer ?
Il suffit de s'inscrire auprès de l'organisateur. Le plus souvent, il s'agit d'une association, une mairie, un comité des fêtes ou encore l'office de tourisme. Leurs coordonnées figurent dans l'annonce de la manifestation. Pour connaître l'agenda des vide-greniers dans votre région : consultez un journal spécialisé (Le Chinambule, Aladin, Antiquités brocante...), la presse locale, une revue de quartier ou les sites Internet qui leur sont dédiés (vide-grenier.org, pointsdechine.com...).

Quelles sont les formalités à remplir ?
Une simple pièce d'identité vous est demandée. Parfois un justificatif de domicile. Certains organisateurs souhaitent obtenir la liste des objets que vous proposerez à la vente. Dans ce cas, inutile de tout lister, indiquez seulement les principaux. Cette liste peut être utilisée pour faire des annonces via des haut parleurs durant la fête.

Combien ça coûte ?
L'organisateur fixe le tarif de l'emplacement, qui se calcule au mètre linéaire. Un prix qui varie sensiblement en fonction de la région où se déroule l'événement et de sa notoriété. Comptez entre 3 et 7 euros le mètre en province et jusqu'à 10 euros et plus dans la région parisienne. La somme est à acquitter au moment de l'inscription ou le matin même du vide-grenier, au passage du " placier ".

Qu'est ce que je peux vendre ? 
De la seconde main ! Autrement dit, uniquement des objets déco personnels et usagés. Vous pouvez vendre tout ce qui vous appartient, des petites cuillères d'argent à votre dernier Levi's, en passant par le vase de la tante Berthe offert à Noël dernier et qui vous donne de l'urticaire. Tout sauf des objets neufs achetés spécialement pour la revente, sous peine de tomber sous le coup de la loi pour commerce illicite.

La veille du jour J : les préparatifs
Un stand ça se construit. Une table de camping, c'est bien, mais pas très stable. Préférez une bonne planche de bois, des tréteaux et quelques cales : la manifestation peut avoir lieu dans un champ, et sur un terrain légèrement accidenté, mieux vaut anticiper.
Pensez à bien trier vos trésors pour éviter la casse : emballez les plus fragiles dans des plastiques et des journaux.
Rangez vos affaires dans votre voiture ou fourgonnette de façon logique pour faciliter le déballage ; placez planches et tréteaux en dernier, ils devront être sortis en premier pour vous permettre de dresser votre échoppe d'un jour.

À quelle heure j'arrive ? 
Très tôt le matin. Vérifiez auprès de l'organisateur, mais en principe l'été c'est vers 6-7 heures que tout doit être installé : les premiers chineurs, souvent des professionnels, débarquent dès potron-minet pour faire leurs emplettes. Une grande partie des tractations a ainsi lieu tôt le matin. Autre raison : les premiers arrivés sont toujours les mieux servis. Plus vous arrivez tôt, plus grande sera votre chance d'obtenir un bon emplacement.

Je m'installe où ?
L'idéal : en début de parcours plutôt qu'à la sortie du village où les badauds arrivent exténués. À un croisement pour bénéficier d'un passage plus important.
À l'ombre : vérifiez la veille où pointent les rayons ardents du soleil dans l'après-midi. Mieux encore : près de la buvette qui draine beaucoup de passage.

Comment bien présenter ses objets ? 
En plus d'une table, prévoyez des étagères pliantes pour exposer poupées, figurines, petits bibelots... Des vitrines à couvercle de verre pour les objets précieux et fragiles, comme les bijoux, cuillères en argent. Un portant avec des cintres pour les vêtements. Et n'oubliez pas, le chineur aime fouiner, son plaisir réside en grande partie dans l'excitation de la trouvaille. Laissez à sa portée, par terre, quelques cagettes remplies pêle-mêle de vos objets inclassables.

Comment fixer mes prix ?
Sauf exception, ils doivent rester modestes. Ils varient selon l'état, l'ancienneté et la rareté des objets. Puisque le marchandage fait partie du jeu, affichez un prix supérieur de 30 % à celui auquel vous espérez vendre. Comme vous, les chineurs adorent faire baisser les prix. Anticipez. Ainsi vos escarpins en cuir rouge auront une chance de trouver acquéreur pour 10 euros si vous les affichez à 15 euros.

N'oubliez pas 
Prévoyez un espace " essayage " si vous vendez des vêtements.
Bâtissez sur votre stand une cabine de fortune, en tendant un drap entre deux piquets, en utilisant un paravent...
Pensez à vous équiper d'un miroir : vos futures clientes auront besoin d'apprécier par elles-mêmes du parfait tombé de vos jupettes vintage.
En gros, plus ça ressemble à une vraie boutique, avec discours ad hoc de la vendeuse, portants bien garnis, articles soignés et sacs shopping à la sortie, plus vous vendrez. Car l'amusement est alors garanti...

Les 5 best sellers 
1. Les timbres et les cartes postales
Toujours très recherchés des collectionneurs qui hantent les stands dès le lever du soleil pour y dégotter la perle rare. À noter aussi : les anciennes cartes de téléphone ou "télécartes" ont la cote.

2. Les figurines animales
Les fondus d'éléphants, grenouilles ou tigres, oui, oui ça existe !

3. Les jouets
Ils partent bien aussi, mais se vendent en général autour de 1 à 2 euros chacun.

4. L'art populaire 
Haches, marteaux et outils agricoles se taillent un beau succès auprès des amateurs de déco rurale.

5. La déco vintage
Le mobilier, les bibelots et vêtements des années 50, 60, 70, tendance oblige, connaissent de beaux jours actuellement.

 
Envoyer cette page à un ami
Les champs marqués par une étoile * sont obligatoires.



de Déco
logAudience